Non classé, Transports et Mobilité  |   Publié le 25 mars 2022

Bison Futé de la circulation des poids-lourds en ville

La logistique urbaine est un pilier indispensable du bon fonctionnement des agglomérations. Sans elle, l’approvisionnement des entreprises, des supermarchés et des magasins en tout genre, ainsi que des particuliers ne serait plus assuré. En milieu urbain les flux de marchandises et les opérations de livraison provoquent cependant des nuisances environnementales (pollutions carbonique et sonores ou engorgement du trafic).
La crise sanitaire a accéléré le développement du e-commerce. Et avec elle la multiplication des flux de livraisons.
Dans ce contexte, les agglomérations doivent mettre en place des solutions pour minimiser l’impact environnemental de la logistique du dernier kilomètre.

Depuis longtemps, l’acheminement des flux de marchandises jusque dans les cœurs de villes représente un défi complexe pour les logisticiens et les transporteurs, comme pour les éditeurs de plateformes et intégrateur de solutions IoT, qui multiplient les initiatives pour limiter les externalités négatives liées à leurs activités. Ils ont ainsi recours aux véhicules propres, aux modes de transport doux, voire aux entrepôts mobiles, ainsi qu’aux outils de navigation des éditeurs d’applications et intégrateurs de solutions IoT.

L’ex Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) devenu l’Université Gustave Eiffel en 2020 et la Confédération du commerce de gros et international (CGI) ont publié en 2019 un rapport intitulé Mobilité des marchandises dans la ville durable sur les enjeux des politiques locales en matière de mobilité des marchandises dans les villes. Selon ce rapport, les petites villes prennent rarement en compte la logistique et le transport de marchandises dans leurs PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) et quand bien même elles identifient les enjeux de la logistique urbaine, elles connaissent peu les données liées au transport de marchandises, et manquent de compétences dans ce domaine.

L’importance d’harmoniser les arrêtés de livraison des marchandises des collectivités

En adéquation avec le Plan climat voté en avril 2021, la Direction des Infrastructures et des Grands Equipement de la Région Sud valorise les solutions qui visent à améliorer la qualité de l’air en adaptant les infrastructures et réseaux de transports à la mobilité durable.

Un guide d’harmonisation des réglementations des livraisons des marchandises en milieu urbain a été produit dans le contexte des Ateliers Régionaux de la Logistique (ARL), coanimés par la Région Sud et l’État.
Ce guide sensibilise à la bonne application de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), notamment à l’obligations des collectivités d’harmoniser et d’homogénéiser leurs réglementations.
Consulter le Guide d’harmonisation de la REGION-Sud-TRANSPORTS,

Une Base nationale des données relatives à la logistique urbaine est actuellement en construction pour permettre aux calculateurs d’itinéraires d’entrer en conformité avec l’article 122 de la loi Climat & Résilience du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets ; A ce titre, pour informer les utilisateurs des mesures de restriction de circulation visant les poids lourds, le site Bison Futé intègre désormais une carte des interdictions permanentes de circulation sur le Réseau Routier National (RRN). Cette carte a vocation à être complétée progressivement par les interdictions permanentes des collectivités locales volontaires. A ce jour, les informations locales restent partielles et peu utilisables.

Pourquoi un schéma de données ?

Issus d’un ensemble de recommandations préconisées par un groupe représentatif d’utilisateurs, les schémas de données décrivent les différents champs et les valeurs possibles à renseigner pour construire une base homogène. En s’inspirant d’un schéma de données, des acteurs peuvent produire et décrire leurs données selon une même structure formelle. Cela concourt à faciliter la prise en charge des bases de données par tous les systèmes d’information, tout en permettant l’édition d’arrêtés plus simples d’utilisation.

Quels sont les avantages de standardiser les arrêtés de livraisons des marchandises des communes selon un schéma de données ?

Cela permet l’entraide entre communautés de producteurs de données issues d’arrêtés de circulation et de stationnement, afin d’une part d’harmoniser les arrêtés entre villes limitrophes, au sein d’une métropole ou d’une agglomération, démarche nécessaire au bon fonctionnement logistique, et d’autres part de faciliter la collaboration entre régions, pour l’assemblage de fichiers régionaux, voire nationaux, concourant ainsi à la continuité territoriale de l’action publique.

Certaines informations contenues dans les arrêtés peuvent être complexes et toutes ne sont pas destinées aux mêmes usages; Ainsi des informations trouvent leur utilité pour les services de la ville, pour les habitants, ou plus spécifiquement pour les acteurs de la logistique (transporteurs, livreurs, …). Et en comparant des jeux de données standardisés, tant sur le plan spatial (entre communes par exemple) que temporel (entre deux arrêtés de dates différentes pour une même commune), il devient possible de lever les ambiguïtés, voire les incohérences sur les restrictions de circulation et de résoudre les difficultés de contrôle des transporteurs.

Les travaux en cours

En région Sud, une expérimentation est menée depuis 2020 avec le CEREMA, l’association OpendataFrance, Etalab et des experts de la logistique urbaine.

L’enjeu de cette expérimentation est de :

  • Communiquer de façon lisible sur la réglementation de la circulation en ville,
  • Faciliter la dématérialisation des données des arrêtés des communes,
  • Ajouter des valeurs complémentaires aux arrêtés telles que des informations sur l’emprise et la désignation des rues concernées par les restrictions de circulation dans une commune.
  • Contribuer à la création d’une base de données homogène des arrêtés de transports (permanents, temporaires),
  • Localiser les aires de livraisons, voire leur utilisation.

Pour cela, le CEREMA a élaboré, dans le cadre d’une convention avec la Région Sud, un standard de référence et des guides pour faciliter l’édition des données respectant le schéma sur les arrêtés permanents de circulation en ville pour le transport de marchandises

Un démonstrateur a été réalisé permettant d’afficher une vue cartographique des restrictions de circulation pour les véhicules de livraison et les poids lourd, grâce au géocodage des zones ou de rues figurant dans les Arrêtés de circulation des communes volontaires.

En 2021, l’équipe de DataSud est venue en appui de la Direction des Infrastructures et des Grands Equipement de la Région pour mobiliser des Chefs de projet Data au sein des communes et rassembler des Arrêtés permanent de circulation de leur commune afin de tester le modèle réalisé par le CEREMA et publier ces données standardisées sur la plateforme de données ouvertes et géographiques DataSud.

Pour les producteurs et les personnes en charge de la numérisation des arrêtés, l’objectif de cette expérimentation est de leur fournir un environnement fiable pour utiliser des formats et des standards ouverts qui favorisent l’interopérabilité, la réutilisation des données et le développement d’applications dédiées aux calculs d’itinéraires et de guidage des transporteurs.

 

Démonstrateur des données issues des Règles de circulation pour la ville de Cassis publiées sur DATA SUD

L’Arrêté municipal de circulation n°511.2019 du 25 juin 2019 portant Règlement général de circulation et de stationnement règlemente l’accès à des rues, pour certains types de véhicules (poids lourds,…), voire certains usages (livraison, urgence,…), parfois à certaines heures de la journée.

Le jeu de donnée produit et structuré par le CEREMA selon le schéma national sur les arrêtés permanents de circulation pour le transport de marchandises  contient :

  1.  Un Fichier CSV contenant la donnée issue de la numérisation.
  2.  Des Fichiers GeoJSON provenant d’une géolocalisation du fichier CSV, et précisant la position et la géométrie des rues ; la localisation des points de livraison (supermarchés par ex.) et le contour de la commune de Cassis
  3. Une documentation sur la donnée, le schéma et les précautions d’usage associées à la donnée.
  4. L’arrêté original au format PDF.
    Seul l’arrêté PDF fait foi et par conséquent, le jeu de données CSV qui en est issu n’a pas de caractère opposable.

 

Quelques ressources complémentaires