Environnement, Mer et littoral  |   Publié le 20 novembre 2019

La science participative au service de la mer et du littoral

Les questions du changement climatique et de ses conséquences sont désormais installées au centre des préoccupations internationales, nationales et régionales.

Les écosystèmes littoraux de méditerranée sont parmi les plus menacés de la planète.

Avec le vote du Plan Climat régional en décembre 2017, le territoire régional tente de s’adapter en améliorant ses connaissances et une capitalisation des données sur les questions d’érosion et de submersion marine notamment. Le partage d’expériences se fait au moyen de 3 dispositifs régionaux tournés vers les citoyens, les lycéens du territoire, ainsi que les décideurs locaux : Ecogestes Méditerranée, Info’Eau Mer et Calypso.

La Région soutient les actions d’information, de sensibilisation, d’éducation et de formation sur des thématiques liées à la préservation des espaces naturels marins et côtiers. Elle accompagne les collectivités et organismes gestionnaires et les aide à expérimenter des méthodes innovantes portant sur la gestion du trait de côte par exemple.

En savoir plus : la politique maritime initiée par la Région Sud


Plusieurs initiatives remarquables sont menées dans le domaine des sciences participatives ou de veille environnementale, pour observer et mesurer les changements affectant la vie marine, tout en faisant le lien avec la problématique du changement climatique et la protection de la biodiversité dans la mer Méditerranée, parmi lesquelles :

POLARIS, Plateforme d’Observation du Littoral Appliquée à la Recherche, à l’Information et à la Sensibilisation »

Cette plateforme collaborative, a été créée par l’association marseillaise, Septentrion Environnement, spécialisée en science participative et en recherche en écologie marine. POLARIS est une plateforme technique et pédagogique pour la promotion et le développement des sciences collaboratives : elle propose des méthodes et des outils dédiés à la création d’un observatoire de la mer et du littoral, à l’échelle de la métropole marseillaise.

L’objectif du projet est de développer une application mobile à destination des plongeurs amateurs pour faciliter la collecte de données sur la biodiversité marine et impliquer les citoyens dans la protection des écosystèmes marins méditerranéens.

Cette application leur permettra d’enregistrer leurs observations et de transférer des données aux scientifiques, contribuant ainsi à la gestion collective de l’écosystème marin local. L’application mobile facilite ainsi la collecte de données de terrain qui sont ensuite analysées par des instituts de recherche scientifique et les gestionnaires de parcs marins, afin d’aider à mettre en œuvre des mesures de gestion pour la protection des écosystèmes méditerranéens.

Les  partenaires institutionnels : Agence de l’eau, Région Sud, Département Bouches-du-Rhône, Métropole Aix-Marseille Provence, Ville de Marseille

Les partenaires scientifiques et techniques : IMBE, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, MIO (Mediterranean Institute of Oceanography), GEM, Muséum national d’histoire naturelle, Planète Mer, FSGT, Pôle Mer Méditerranée

 

L’Institut écocitoyen pour la Connaissance des Pollutions : un projet unique de science participative pour mesurer les pollutions industrielles

En associant des volontaires aux mesures de la pollution industrielle, l’Institut écocitoyen de Fos-sur-Mer, près de Marseille, mène une démarche novatrice de science participative permettant pour faciliter l’acquisition de connaissances scientifiques autour des questions sanitaires et environnementales, la transmission de ces savoirs et l’organisation d’actions de surveillance et de protection de l’environnement.

Implanté au cœur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, l’Institut Ecocitoyen cherche à mieux connaître les pollutions et leurs effets, afin de permettre l’information des citoyens, élus, industriels et scientifiques pour la protection de la santé, du cadre de vie et de l’environnement  touché par des pollutions multiples issues de nombreuses sources (industries, trafics routier et maritime, agriculture, secteur tertiaire). C’est ainsi que les citoyens participent aux observations pour surveiller la pollution atmosphérique, ou pour le suivi de la nappe d’eau souterraine de la plaine de Crau ou encore certains marins pécheurs qui contribuent aux mesures de l’Institut écocitoyen lorsqu’ils naviguent dans le golf.

L’étude Fos EPSEAL, à Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis, est une étude participative en santé-environnement ancrées localement (EPSEAL) dans le but de produire des connaissances locales légitimes, robustes et pertinentes en santé environnementale, en associant étroitement les habitants des villes étudiées à toutes les étapes de la recherche.

 

Sciences participatives et surveillance du littoral ouvert à tous les citoyens : RIVAGES

Rivages est un projet innovant qui mêle sciences participatives et surveillance du littoral afin d’observer s’il reste stable, avance ou recule, tout en sensibilisant la population à la protection de cet espace naturel qui lie la terre à la mer.

Rivages est une application disponible gratuitement, développée par le Cerema, pour comprendre le phénomène de l’érosion côtière et « adapter les territoires littoraux au changement climatique », suite à la tempête Xynthia en 2010, dans une volonté de construire une vision à long et moyen terme de l’évolution du trait de côte, afin de permettre un aménagement durable et équilibré des territoires littoraux.

En marchant au bord de la mer ou au pied des dunes, le contributeur enregistre la trace GPS de son smartphone, accompagnée de photographies, qu’il transmet directement au Cerema par l’application qui les partage sur la plateforme Géolittoral et les rend disponibles en téléchargement sous licence ouverte.

La contribution peut aussi se faire avec des appareils de mesure différents ou par des GPS professionnels en envoyant à l’adresse rivages@cerema.fr un dossier comprenant les relevés du trait de côte et la référence de l’appareil.

L’outil cartographique est d’une grande richesse et il permet de disposer de nombreux éléments comme une visualisation par type de relevés, une visualisation par date, une visualisation avec des traits de côte effectués dans le cadre de l’indicateur national, l’information sur le type de téléphone ayant effectué le relevé.

Données